Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Inferno

27 Novembre 2016 , Rédigé par Lilith Publié dans #Thriller

Inferno

    Sept ans après « Anges et Démons » et dix ans après le premier film « Da Vinci Code », Ron Howard adapte à nouveau un roman de Dan Brown, avec ce troisième volet « Inferno »

    Nous suivons encore une fois les aventures de Robert Langdon, le célèbre expert en symbolique qui se réveille amnésique dans un hôpital en Italie et va devoir remonter les traces d’un jeu de chasse au trésor qui tourne autour du célèbre « Dante » pour empêcher un complot à l’échelle mondiale qui empêchera le déferlement de l’Enfer sur Terre, tout en retrouvant sa mémoire.

 

    Ce qu’on ne peut pas enlever à Ron Howard c’est son travail indéniable pour la réalisation et la photographie. Ce film nous fait voyager à travers l’Italie (mais pas que) et nous délivre une photographie grandiose, avec beaucoup de cadrage large pour donner une impression de grandeur et nous permettre de nous immerger complètement dans ces paysages. De plus je trouve qu’au niveau des décors, certes les visites de musées aident, mais il y a une présence du style baroque, qui conforte avec l’époque de Dante.

    Les scènes d’Enfer lors des visions de Robert Langdon sont parfaitement troublantes et malsaines à souhait. Le spectateur ne comprend pas ce qu’il voit, tout comme Robert Langdon, et le parallèle entre ces visions et « un objet de culture » est d’une grande intelligence.

    Le jeu de la chasse à la mémoire est aidé par les scènes de flashback ou, tel Langdon, on cherche à déterminer le vrai du faux, sans pour autant en être sur avant la scène finale, mené par un Tom Hank d’une grande justesse.

 

    Au niveau des acteurs, Tom Hanks retrouve pour une troisième fois le personnage de Robert Langdon qu’il interprète avec la même justesse depuis la première fois. Il reste sobre et classe en toute situation, n’en fais pas trop et ne surjoue pas, même au bout de dix ans.

    Felicity Jones, malheureusement ne crève pas l’écran dans le rôle de l’allié à Langdon. Elle n’est pas mauvaise, mais clairement pas au niveau pour donner la réplique à un acteur comme Tom Hanks.

    Le grand méchant de l’histoire est plat, vide de tout charisme et semble faux dans ce rôle, à tel point que je m’attendais à la découverte d’une personne au-dessus de lui qui s’en servait tel un sbire. Mais non, le personnage est oubliable contrairement à un « Silas » dans « Da Vinci Code » qui m’a énormément marqué lors du visionnage de ce premier opus.

    Les autres rôles sont intéressants mais pas exceptionnels comme Omar Sy qui est bon mais n’éclate pas l’écran, Sidse Babett Knudsen qui nous montre un très bon jeu d’acteur mais qui hérite malheureusement d’un personnage peu inventif qui est le stéréotype de la femme forte aux grands pouvoirs ou à la tête d’une grande entreprise.

    Pour ce qui est de la musique, Hans Zimmer fidèle a cette trilogie, mène un travail remarquable Il propose des musiques qui marquent et qui collent parfaitement à l’ambiance d’un thriller course-poursuite contre la montre avec un thème très moderne et baroque à la fois, qui sublime la volonté d’ambiance de ce film.

 

    Le scénario n’est pas mauvais, il est fluide, sans apporter de lourdeur. Il sait se poser quand il le faut pour donner des explications et des indications, et augmente le rythme lors des scènes de courses poursuites. Malgré tout, la fin, trop happy end à mon gout, baisse le niveau d’un film avec des retournements et du rythme.

    Je trouve que le scénario n’est pas vraiment crescendo, au contraire, les scènes apportent moins de rebondissement et d’action vers la fin du film, pour apporter plus de réflexions et d’explications pour rendre, malgré les événements une fois l’Italie quittée.

 

    Cependant, malgré ce bon scénario, la fin n’en reste pas moins prévisible, pas dans les détails mais sur les grandes lignes, ce qui empêche une surprise totale lorsque le rebondissement principal est dévoilé. Au moins, il n’y a pas de cliché avec une pseudo romance, entre personnages, basée sur l’excitation d’une aventure.

    Je ne suis pas vraiment fan de l’idée de ce qui va menacer l’humanité, mais il faut quand même avouer que cela colle parfaitement avec les visions de Langdon et bien évidemment le tableau de Dante.

    Un autre point intéressant est la visite des musées que nous permet ce film, mais cela est gâché par une discrétion de la part des personnages qui est très faible.

 

    On peut donc dire que ce film est très bien ficelé, la réalisation est agréable malgré quelques points noirs. Je trouve cela dommage que l’histoire s’éloigne de la religion comparé à « Da Vinci Code » mais je ne peux parler de l’histoire sans pour autant préciser que je n’ai pas lu le roman dont ce film est adapté.

    Un bon film à voir qui est divertissant sans pour autant être abrutissante. Mais une question se pose tout de même à la fin du film, ou est passé Ignazio ?

 

ODLM

 

Lien Allociné

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article