Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Very Bad Trip 3

6 Juillet 2013 Publié dans #Comédie

Very Bad Trip 3

        Deux ans après le second volet de leur aventure, le « Wolf Pack » est de retour. Lors de la lecture du pitch de départ, on peut déjà sentir l’odeur du changement :

        Deux ans sont passés, tous mènent des existences tranquilles et heureuses. Leslie Chow coule ces jours dans une prison en Thaïlande. Le seul qui n’a pas retrouvé son équilibre reste Alan. Après le décès de son père, il est décidé qu’il irait retrouver son équilibre dans un centre dans l’Arizona. Et qui de mieux que le reste de la troupe pour l’y emmener. Mais leurs vieilles connaissances sont toujours prêtes à réapparaitre pour le pire cauchemar de la « meute ».

 

        Donc topo de départ, pas de mariage, pas de fête qui finit mal, ni de lendemain de soirée ou rien ne tourne rond. Il s’agit de la première initiative de Todd Philips. Celle-ci peut décevoir les affectifs des deux premiers volets, mais rappelons nous la déception devant le deuxième film, qui était un maigre copié-collé vers asiatique.

        Donc fini le hangover, bonjour le road-movie. Ce risque peut s’apparenter à un courage de changer un peu le scénario et de proposer quelque chose de nouveau avant que l’on se lasse. Effectivement, on peut être déçu par ce changement, mais sérieusement, un troisième film copié-collé ça aurait le film de trop. Au moins là, le film se démarque un peu, tout en gardant les points importants. L’humour est toujours présent, mais plus basé sur l’humour noir. Des clins d’œil (très intelligents) aux films précédents sont présents. On retrouve les mêmes personnages, même si le film est plus basé sur Allan, qui est à la limite du sociopathe bipolaire. La trouvaille, ou le point plus travaillé que pour les deux précédents, est le « couple » Allan/Stu qui est à la limite de la perfection. Chaque conversation est piquante à souhait, le dialogue de sourds donné (presque tout ?!) le comique du film.

        Bien sur toute la technique autour de ce film est impeccable, il n’y a rien à redire, et c’est la peut être le seul point incontestable.

 

        Ce film, loin d’être un chef d’œuvre, a sa dose de défauts qui font baisser en flèche la qualité de ce film.

        Le plus gros problème de ce film, est, ce qui fait un film, à savoir le scénario. Celui-ci est évasif, sans logique, et part dans tous les sens.

        Evidemment, comme beaucoup de suites, ce film est beaucoup moins drôle et frais que le premier. On a une impression de machine fatiguée, qui s’essouffle et qui ne fonctionne plus. Ce qui fait que le film fait rire, mais sans plus. Ne vous attendez pas à un fou rire durant le visionnage. Les moments à vide et les gags s’alternent, rendant le film moins prenant. Pour finir avec le scénario, il y a deux grandes incohérences au niveau du genre. Le début du film veut se faire blockbuster, style généralement éloigné de celui de la comédie. Si le but était de le faire second degré, cela est mal fait et laisse le spectateur dubitatif. Ensuite le road-movie, dont s’inspire ce film, a logiquement un fond sérieux. Dans ce film, on le cherche encore.

        Un autre point qui laisse un gout amer est au niveau des personnages. Le film est basé sur Allan, il est donc mis en avant en dépit des membres du « Wolf Pack ». Le souci est comme pour Chow, au bout d’un moment, on est lassé d’eux, et leur présence devient lourde. À contrario, Bradley Cooper est quasi inexistant, il a du passer le film à se demander ce qu’il faisait là, Stu est moins flippé, moins nerveux, a la limite du « je m’en fou ». Et Doug… On a envie de faire une pétition pour qu’il puisse apparaitre un peu plus à l’écran.

 

        Pour conclure, nous pouvons dire que ce film se laisse voir, même si on peut se demander si le producteur ne nous a pas pris pour des pigeons en gardant le titre de base (ndlr « Hangover » à savoir « Gueule de Bois ») et nous faire payer. Un énorme point positif, la scène post-générique qu’il faut absolument voir. Durant deux minutes, nous oublions notre déception et retrouvons tous les codes de ce film. Nous pouvons donc dire que ce film clôture, sans totalement se vautrer, mais laisse un gout d’inachevé car le quatrième film n’est pas prévu, et c’est peut-être pas plus mal.

 

Lien Allociné 

ODLM

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article